PARNASSIENS

séance "LE REGARD QUI BAT"

Mercredi 22 février 20h00

Débat à l'issue de la séance animé par
Jean-Jacques Moscovitz

 

"Jean-Jacques Moscovitz anime  le REGARD QUI BAT depuis une douzaine d'années dans des rencontres entre réalisateurs de films grand public et des psychanalystes et aussi avec des philosophes, des historiens... Quels sont les effets du contemporain sur notre intime, sur notre subjectivité est le théme principal des debats aprés la projection du film .
Ouvrages sur le sujet: 
-Lettre d'un psychanalyste à Steven Spielberg (2004 éd. PAPIERS SENSIBLES)
-Rêver  de réparer l'histore ( psychanalyse cinéma politique ) (Ed ERES 2015)
-à paraître en 2017: Violences en cours ( ente intime et extreme).

Belgique, Suisse, France | 2017 | 94 minutes
Un film de Pierre Barnérias

sortie le 1er mars

LINCOLN

AVANT-PREMIERE

Jeudi 23 février 20h30

en présence de Pierre Barnérias
et du protagoniste du film, Severino
.


L’histoire d’une amitié indestructible et d’un récit unique dans les annales judiciaires américaines. Severino, condamné à tort, refuse de plaider coupable. Ayant terminé sa peine et pour avoir droit de sortir de prison il doit accepter de se déclarer "coupable". Dans cette situation il préfère  conserver sa dignité même s'il doit rester en prison... Ce détenu américain, avec un aumônier français, tenteront de vaincre les incohérences du système pénitentiaire des États- Unis et mettre en place une stratégie pour enrayer la récidive.

 

Date de sortie 22 février 2017 (1h 38min)
De Andrzej Wajda
Avec Boguslaw Linda, Aleksandra Justa, Bronislawa Zamachowska
Genres Biopic, Drame
Nationalité Polonais

 

PARNASSIENS

RENCONTRE-DÉBAT
Lundi 27 février à l'issue de la séance de 20h30

En présence de Mathieu Lericq,
critique de cinéma et chercheur à l'université d'Aix.

Dans la Pologne d’après-guerre, le célèbre peintre Władysław Strzemiński, figure majeure de l’avant-garde, enseigne à l’École Nationale des Beaux Arts de Łódź. Il est considéré par ses étudiants comme le grand maître de la peinture moderne mais les autorités communistes ne partagent pas cet avis. Car, contrairement à la plupart des autres artistes, Strzemiński ne veut pas se conformer aux exigences du Parti et notamment à l’esthétique du « réalisme socialiste ». Expulsé de l'université, rayé du syndicat des artistes, il subit, malgré le soutien de ses étudiants, l’acharnement des autorités qui veulent le faire disparaître et détruire toutes ses œuvres.

 

 

Date de sortie 23 avril 1970 (2h 20min)
De Costa-Gavras
Avec Yves Montand, Simone Signoret,
Michel Vitold
Genres Drame, Thriller
Nationalités Italien, Français

PARNASSIENS    

CINE-HISTOIRE
Samedi 4 mars à 10h00

Après la projection, rencontre avec Philippe Coutarel journaliste à France Culture et auteur d’un livre sur le cinéaste Alexeï Guerman (Ed. du Revif).


Film inspiré du récit d’Artur London sur son procès. Artur London vice-ministre des Affaires étrangères de Tchécoslovaquie, personnage emblématique de la génération des communistes de l’Europe de l’Est qui ont subi toutes les tragédies du communisme. L’aveu, est celui qu’on lui extorque lors du procès de Prague en 1952, à la suite duquel onze prévenus sont condamnés à mort et pendus. Trois autres, dont London, sont condamnés à la prison à perpétuité. Ils ne seront réhabilités qu’en 1956.
Comment arrive-t-on à faire avouer à quelqu’un une chose qu’il n’a pas faite ? Et pire encore, lorsqu’il y est contraint par son propre camp !
Ce procès fabriqué, et le récit qu’en fit Artur London révèlent l’essence du stalinisme et son éphémère triomphe : faire admettre aux victimes des crimes imaginaires et pousser leur propre famille à adopter le point de vue du procureur c’est-à-dire celui du parti.
Le film, écrit par Jorge Semprun, est magnifiquement servi par Simone Signoret et Yves Montand.